Circuits en groupe en Ouzbékistan 2021

Kokand, l`Ouzbékistan

Kokand, l’Ouzbékistan

Kokand : grand centre du commerce de la Grande Route de la Soie

Kokand est une ville de la vallée de Fergana situé dans sa partie de l’ouest. C’est un ancien centre de l’Ouzbékistan. Les premières preuves écrites sur « Khukand, Khavokanda » (anciens noms de la ville) se trouvent dans les chroniques du Xe siècle. La ville était un important centre commercial sur la grande route de la soie et au XIIIe siècle, comme la plupart des villes de l'Asie Centrale, elle a été détruite par les Mongols.

La renommée mondiale est venue à la ville au XVIIIème siècle quand elle est devenue la capitale du khanat de Kokand, le plus riche et le plus développé. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, près de la ville actuelle (le territoire de l’émirat de Boukhara à cette époque-là), le fondateur de la dynastie des khans de Kokand a construit la forteresse Eski-Kourgan (1732), qui a en fait donné naissance au nouveau Kokand. Bientôt il a reçu son ancien nom - "Khuk-kand" ("ville des sangliers"). A l'origine, c'était une petite possession, isolée de l'émirat de Boukhara, mais elle s'est progressivement étendue géographiquement.

Le khanat a atteint sa puissance dans la première moitié du XIXe siècle, lorsque son territoire comprenait la majeure partie de l'actuel Ouzbékistan, une partie du sud du Kazakhstan, du Kirghizstan, du Tadjikistan et de la Chine. Le khanat de Kokand comprenait également Tachkent et Chymkent. C'était un grand et puissant État, un centre commercial et religieux. Il n'y a qu'au Kokand qu'il y avait plus de 300 mosquées et des dizaines de médersas.

Kokand, l’Ouzbékistan
Tombeau Damoi Chakhon, Kokand, l’Ouzbékistan
Palais de Khudoyar-Khan, Kokand, l’Ouzbékistan

Au cours de l'histoire, le khanat de Kokand a changé 29 gouverneurs, le khan le plus célèbre étant le dernier est Khudayar Khan, qui est devenu célèbre pour sa cruauté et sa cupidité. Au cours de son règne il a perdu son trône quatre fois et l'a reconquis à nouveau.

Khudayar Khan a beaucoup fait pour embellir la ville : guzars, mosquées, médersas ont été construits pendant son règne. A son époque, dans la deuxième moitié du XIXème siècle la lutte pour le pouvoir a commencé entre les khanats de Boukhara, de Khiva et de Kokand. Profitant de cette situation, la Russie a entamé une campagne de conquête de l'Asie Centrale. En 1868, sur la base du traité, le khan de Kokand a été assimilé à un vassal de l'Empire de la Russie. Ce fut la fin de l'histoire du khanat de Kokand qui a existé près de 170 ans.

Après que le Kokand a été devenu partie intégrante de la Russie le palais du Khan a été transformé en forteresse et de nouvelles routes ont été construites à travers les quartiers des résidents - les makhallas, le long desquels des bâtiments d'architecture européenne ont été construits. La ville est rapidement devenue un centre majeur de l'activité capitaliste au Turkestan, surpassant même Tachkent en nombre de banques.

Tous les monuments de la période du khan datant des XVIII-XIXe siècles, sont parfaitement conservés dans l'actuel Kokand.

Palais de Khudoyar-Khan, Kokand, l’Ouzbékistan
Khudoyar-Khan Palace, Kokand, Uzbekistan
Palais de Khudoyar-Khan, Kokand, l’Ouzbékistan
Mosquée Jami, Kokand, l’Ouzbékistan
Musée-maison Khamza, Kokand, l’Ouzbékistan
Médersa Norbut-biy, Kokand, l’Ouzbékistan