Circuits en groupe en Ouzbékistan 2020-2021

Expansion de la Sériciculture à l'Ouest

Les soldats d'Alexandre le Grand ont été les premiers Européens à avoir vu de leurs propres yeux de magnifiques soies. Sous Alexandre le Grand, la soie a gagné en popularité à Rome où elle était payée en or pur. L'apparition de César portant une tunique en soie était sensationnelle. À partir de ce jour, le port de vêtements en soie chinoise est devenu une coutume de la société noble à Rome.

Pendant de nombreux siècles, la soie a été considérée comme un luxe, la marchandise la plus précieuse - elle jouait le rôle d'argent, elle était utilisée pour rendre hommage et dans les transactions commerciales.

À Byzance, par exemple, la soie était l'équivalent de l'or et des pierres précieuses.

A Sogdiana, un cheval pouvait coûter jusqu'à dix longueurs de soie. On pouvait payer en soie pour le travail effectué, pour l'entretien des mercenaires ; elle était même utilisée comme pot-de-vin pour éviter la punition d'un crime. Les fonctionnaires civils et militaires, les ambassadeurs d'États étrangers recevaient souvent leur salaire sous forme de rouleaux de soie. On pouvait avoir des alliés, des mercenaires, n'importe quelle marchandise, des esclaves si on avait assez de soie. C'était un argument important en diplomatie : le tissu miracle était utilisé pour cajoler les gouverneurs d'autres pays. Il pouvait déclencher des guerres et y mettre fin. La soie est devenue le symbole de la puissance et de la richesse. La Chine a activement vendu le précieux tissu dans le monde entier en empruntant la route de la soie. Pour toutes les raisons mentionnées ci-dessus, les Chinois ont soigneusement préservé le secret de la fabrication de la soie. Le reste du monde a fait de son mieux pour résoudre le mystère.

Une légende bien connue raconte comment la précieuse soie est arrivée à Hotan (aujourd'hui district autonome ouïgour du Xinjiang). Le dirigeant local faisait de son mieux pour s'emparer de cette matière tant convoitée. Finalement, il a décidé de tricher et de courtiser une princesse chinoise. Lorsque le consentement fut accordé, le messager du dirigeant de Hotan chuchota à la princesse qu'elle ne pourrait pas porter de beaux vêtements en soie dans la patrie de son futur époux car il n'y avait pas de soie raffinée là-bas et qu'elle devait apporter des œufs de vers à soie et des graines de mûrier avec elle. Elle le fit en cachant des œufs dans sa coiffure complexe, que les gardes n'avaient pas le droit de fouiller, et en mélangeant les graines avec toutes les herbes et médicaments possibles dans ses bagages.

Une des versions informelles attribue le vol de secrets de sériciculture à deux moines qui ont été envoyés en Chine avec la mission secrète de l'empereur Justinien en 550. Les espions ont eu la chance de faire passer des œufs de vers à soie dans une canne de bambou creuse. Peu après, la production de soie a commencé dans les environs de Constantinople. Le secret lourdement gardé pendant 3 000 ans a été découvert.

Au Vème siècle, des moulins à soie sont apparus à Alexandrie (Égypte). La fabrication de tissus en soie en Perse avait commencé encore plus tôt sous Sassanide shah Shapur II (309-379) qui avait engagé à cet effet d'habiles tisserands de Mésopotamie et de Syrie.

Le début de la culture de la soie dans l'ouest de l'Asie centrale est généralement daté des 5-6e siècles. Cependant, à en juger par les découvertes de tissus en soie de fabrication locale à Kampyr-tepa (Bactriane du Nord), datées de la seconde moitié du IIème siècle - début du IIIème siècle, il est fort possible qu'elle y soit apparue beaucoup plus tôt. Au VIème siècle, la Sogdiane s'est constituée comme l'un des plus grands centres de sériciculture de l'Orient. L'élevage du ver à soie en Transcaucasie a commencé au VIIème siècle.

Au Moyen-Âge, après la 4e croisade (1203-1204), des œufs de vers à soie ont été apportés de Constantinople à Venise. Depuis lors, la fabrication de la soie s'est développée avec succès en Italie et est devenue l'une des principales industries de Venise (XIIIème siècle), de Gênes et de Florence (XIVème siècle), de Milan (XVème siècle), etc. Au XIVème siècle, la culture de la soie a commencé dans le sud de la France et en 1596, la sériciculture est arrivée en Russie.

Au XIIIème siècle, la culture de la soie en Europe occidentale, en particulier en Italie et en France, s'est transformée en une industrie bien développée.

Cependant, même après que les Européens eurent appris à élever des vers à soie, la plus grande partie de la soie était encore importée de Chine. Pendant longtemps, ce tissu légendaire a valu son pesant d'or et seuls les riches pouvaient se permettre de l'acheter.

Il convient de mentionner qu'au XVIème siècle, la France a surpassé la Chine dans la fabrication de la soie. Au XIXème siècle, la première place a été remportée par le Japon qui a exporté le plus de soie au monde. Néanmoins, la Chine a réussi à reprendre le leadership. Sa part de marché représente plus de 50 % du volume mondial de la culture du ver à soie.