Circuits en groupe en Ouzbékistan 2018-2019

Le Kirghizistan - La ville Och

OchLa ville Och est la deuxième ville par la grandeur au Kirghizstan et une des plus anciennes villes de l'Asie Centrale. La date exacte de son apparition est inconnue. Son histoire écrite  compte plus du millénaire, mais les trouvailles archéologiques conduisent en général à l’ancienneté de troismillénaire.

Les légendes lient la fondation  de la ville à tels personnages de l'histoire mondiale, comme le roi Solomon (Suleyman) et le régent grec Alexander Le Grand . Pour la première fois la ville Och est mentionné dans les sources arabes au  IXème s. Les savants ne peuvent pas venir jusqu'à présent  à l'opinion commune dans la question de l'étymologie du nom de la ville. Les serviteurs des cultes religieux tentent de lier l'origine de la ville aux légendes, mais aucune des légendes n'expliquent pas ni le fait de l'apparition de la ville, ni les étymologies de son nom.

OchUne principale curiosité de la ville est  la montagne Takhti-Suleyman («le Trône de Solomon»), qui de l'ancienneté est considérée comme une des plus importante chose sacrée des musulmans locaux - la deuxième La Mecque. Les certificats des anciens cultes de la période islamique se conservent sur la pente du sud de la montagne Suleyman  , et on y a decouvert d'anciens établissements agricoles de l'époque du bronze. On lie  l'apparition de la ville d'Osh avec ces établissements.

D'une ancienne ville presque ne s'est rien gardé . D’après  les données des archéologues, dans l'ancienneté la ville Och était entouré du rempart, avait trois portes, la citadelle entourée par « chakhristan » dominait au-dedans. La mosquée synodique se trouvait près du marché, non loin de la rivière Ak-Boura. Och  était un grand centre commercial sur une Grande Route de la soie liant la Méditerrannée et le Proche-Orient au Pamir, le Tibet, la Chine et l'Inde. Dès anciens temps Och  était célèbre par les marchés et les caravans sérails. Un principal marché est situé sur un bord gauche de la rivière Ak-Boura, et représente le modèle classique de la halle orientale – « tim ». Plus de deux millénaires le marché vit avec la vie bruyante et vive, en changeant la construction et en élargissant les frontières, mais en restant à la même place ,choisie encore à l'ancienneté.

Suleyman-Too, Och, KirghizstanEn outre, Och était un des centres religieux musulmans de l'Asie Centrale. En plusieurs cas cela est lié  avec les légendes sur la montagne  de Soulayman - Too, que les légendes nationales  octroient de la force et la capacité à guérir n'importe quelles maladies des pèlerins. D’après les légendes, notamment sur cette montagne la femme peut demander au Dieu à lui donner l'enfant, mais sur le sommet conduit  "le chemin des essais", sur lequel , d’après les légendes, aucune femme incorrecte ne peut jamais passer . Des Xème et XI ème ss et jusqu’au début du XXème siècle au pied de la montagne Suleyman - Too, sur ses pentes et même sur ses sommets les musulmans  érigeait  la multitude construction de culte: « mazar »,  mosquées etc.

 À Och est aussi ouvert le musée "La Grande Route de la soie". Les pièces uniques racontent des étapes dans le développement du monde réel des peuples de la région - de l'âge de pierre à modernité. C'est pour l'essentiel les trouvailles des archéologues, des historiens, des ethnographes.

Och Une des pièces intéressantes est la carte daté environ 1953. La carte reflète de divers clans Kirghizs et des tribus ( que jusqu'à présent est  très importante composante de la société Kirghize). Au centre de la ville il y a un monument Kourmanjan Datké, «l'Impératrice Du sud», connue pour l'opposition à la conquête Russe. Son portrait orne le billet de banque de 50 som. Mais aussi il y a  le monument de Lénine, non loin du mémorial consacré à une Grande Guerre nationale avec l'inscription dans les langues Kirghizes et Russes «personne n'est pas oublié - rien n'est pas oublié».

Le marché d’Och , qui s’étend  à un kilomètre le long de la rivière, est décrit dans plusieurs guides, comme le plus coloré en toute Asie Centrale. À côté du marché il y a la plus grande mosquée au Kirghizstan - la Mosquée Chaide Tepa .

Le bâtiment en bois de la mosquée était construit dans les annèes 1908-1910, mais plus tard était fermé par le décret du pouvoir soviétique et servait de la stalle et de la forge. La mosquée était ouverte de nouveau seulement en 1943, en signe de la tolérance religieuse du gouvernement soviétique. Dans les années récentes la mosquée a subi la réparation faite aux fonds de l'Arabie Saoudite et aujourd'hui elle peut contenir jusqu'à 5000 croyants.