Circuits en groupe en Ouzbékistan 2020-2021

Religion au Kirghizistan

Religion au Kirghizistan

Le Kirghizistan est un pays multiethnique, peuplé de personnes de différentes religions qui coexistent pacifiquement. Aujourd'hui, les musulmans sunnites représentent environ 83 % de la population du Kirghizistan, suivis par les chrétiens avec 15 %. La population chrétienne peut être divisée en Russes, qui sont orthodoxes, et en Allemands, qui sont luthériens, plus quelques catholiques. Un petit pourcentage de la population est bouddhiste ou juif.

Au Kirghizstan, les organisations religieuses sont autorisées à opérer avec une relative liberté. Une loi intitulée « Sur la liberté de conscience et les organisations religieuses en République kirghize » a été adoptée en 2009, qui limite le travail des missionnaires et exige que 200 membres des groupes religieux puissent s'enregistrer. La Commission d'État pour les affaires religieuses suit le nombre de groupes religieux et leurs activités.

Actuellement, la religion au Kirghizistan est en plein essor après la fin de l'athéisme forcé en Union soviétique et l'intérêt pour la religion ne cesse de croître. Il n'y avait que 39 mosquées et 25 églises orthodoxes à l'époque soviétique, et de nombreux bâtiments religieux étaient utilisés à d'autres fins (comme des cinémas, des musées ou des entrepôts). Dans les années 2000, il y avait 1 338 mosquées, 20 églises et 200 salles de prière de différents groupes chrétiens. Le Kirghizistan est autorisé à envoyer 4 585 pèlerins en Arabie Saoudite pour le Hadj chaque année et ces places ont tendance à se remplir.

Il existe également des centres éducatifs pour les religions qui sont principalement musulmanes et chrétiennes. Il existe 10 établissements d'enseignement supérieur musulmans et un chrétien, plus 62 espaces éducatifs musulmans et 16 chrétiens. Ces établissements sont contrôlés par la Commission pour les affaires religieuses.

Le Kirghizstan est une démocratie laïque sans religion d'État officielle. La liberté de choisir ou de pratiquer toute religion (ou de ne pas pratiquer) est garantie par la Constitution.