Circuits en groupe en Ouzbékistan 2020-2021

Début de la Route de la Soie

Chevaux « Ailés » du Davan ou les Origines de la Route de la Soie

L’histoire de la Route de la Soie est très intéressante et captivante. Le début de la Route de la Soie est daté du IIème siècle avant notre ère quand l'ambassadeur chinois Zhang Qian a visité les pays d'Asie Centrale avec une mission diplomatique. Jusqu'au IIème siècle avant notre ère, la route de l'Europe vers l'Asie s'arrêtait aux frontières de la Chine car les grandes chaînes de montagnes asiatiques, le Tien Shan, le Kun-Lun, le Karakorum, l'Hindu Kush et l'Himalaya, protégeaient l'ancienne civilisation chinoise du reste du monde. C'est par hasard que la direction occidentale la plus riche a été ouverte. Une des tribus nomades, alliée de la Chine, a été chassée par une autre tribu, ouvertement hostile à la Chine. L'ancien allié est parti à l'Ouest. L'empereur chinois envoie l'ambassade dirigée par Zhang Qian. Après avoir traversé le désert du Taklamakan, les montagnes de Tien-Shan ; après avoir passé dix ans en captivité, Zhang Qian retrouve les anciens alliés dans les oasis d'Asie Centrale. Zhang Qian a été stupéfait par ce qu'il a vu : la seule vallée de Fergana accueillait plus de 70 villes et villages, grands et petits, avec un artisanat et une agriculture développée. Les habitants de ces villes commerçaient avec l'Inde, le Proche et le Moyen-Orient, et les pays de l'ancien monde. Lorsque Zhang Qian est revenu en Chine, il a parlé à l'empereur des pays qui se trouvaient en Occident à partir de la Chine, de leur richesse. Il a parlé des pur-sang chevaux « ailés » qui étaient bien meilleurs que les petits chevaux chinois. L'empereur brûlait du désir d'avoir de tels chevaux en sa possession, car cela lui donnerait un énorme avantage dans la lutte contre les nomades. Bientôt, les ambassades furent envoyées en Asie centrale. Entre autres cadeaux, elles y ont apporté de la soie chinoise.

C'est ainsi que les anciennes civilisations de l'Asie Centrale et de la Chine, et plus tard, de la Méditerranée et de l'Inde se sont rencontrées. L'une est partie de l'Occident, des pays de la Méditerranée à l'Asie Centrale, explorée et parcourue par les Grecs lors des campagnes d'Alexandre le Grand et l'autre, venant de l'Orient, de l'empire Hang à l'Asie Centrale, explorée par Zhang Qian qui a parcouru cette terre du nord au sud via Davan, Kangyui, Soghd et Bactriane.

Cependant, avant cela, plusieurs routes étaient utilisées pour le commerce entre l'Est et l'Ouest. Il s'agissait de secteurs distincts de la future Route de la Soie. L'essor des relations commerciales a été favorisé par l'extraction de pierres semi-précieuses telles que les lazurites, les néphrites, les cornalines, les turquoises dans les montagnes d'Asie Centrale. Il y avait même la « voie des lazurites » qui était utilisée pour transporter cette pierre d'Asie Centrale en Iran, en Mésopotamie et même en Égypte. À la même époque, la « Voie Néphrite » reliait Khotan et Yarkand au nord de la Chine. En outre, la cornaline était transportée vers les pays d'Asie occidentale depuis la Sogdiane et la Bactriane, et la turquoise - depuis le Khorezme. Toutes ces routes ont fini par rejoindre la Route de la Soie.

Il y a eu des périodes dans l'histoire de la route où elle était presque entièrement contrôlée par un État : Le khaganat turc au VIème siècle, l'empire de Gengis Khan dans le deuxième quart du XIIIème siècle et l'empire timuride dans le dernier tiers du XIVème siècle. Cependant, en raison de l'énorme distance, il était pratiquement impossible de contrôler tous les secteurs.