Couvent Ivanovsky, Moscou

source: dnkrus.ru

Le couvent Ivanovsky à Moscou est l'un des plus anciens ermitages de la capitale russe. Considéré comme le principal monument de la ville à Jean-Baptiste, il a successivement servi de prison, d'hôpital, de camp de concentration et de quartier général soviétique avant de retrouver son statut sacré à l'époque moderne.

Le couvent Ivanovsky est communément appelé couvent Jean-Baptiste ou nonnerie Jean-Baptiste. Beaucoup pensent que sa création a commencé au monastère de Saint-Jean-Baptiste, un cloître pour hommes situé de l'autre côté de la rivière de Moscou par rapport au couvent.

Vers 1530, le couvent a été créé par le prince Vassili III et son épouse pour célébrer la naissance de leur fils, le futur tsar Ivan le Terrible. Baptisé « Couvent Ivanovski », il a été construit dans le quartier moscovite de Kulishki et a finalement donné naissance au nouveau surnom de la région, la montagne Ivanovo (Ivanovskaya Gorka).

L'abbaye originale a été construite par un architecte italien dans le style croisé typique des églises de cette époque et surmontée d'un seul dôme. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, elle a été rénovée, vraisemblablement aux frais du tsar Ivan le Terrible lui-même. Au début des années 1640, sa cathédrale a été agrandie et un réfectoire, la chapelle Saint-Nicolas le Merveilleux et un clocher ont été ajoutés au complexe. La cathédrale Saint-Jean-Baptiste, ajoutée en 1657, est devenue le premier bâtiment en pierre du monastère. Au début du XVIIIe siècle, par décret de Pierre Ier, toutes les structures en bois du couvent ont été reconstruites en pierre.

Les souverains de Moscou se rendaient régulièrement en pèlerinage au couvent d'Ivanovo, qui servait également de lieu de sépulture à de nombreuses familles aisées de la ville. Plus tard, les religieuses qui ont servi au couvent et celles qui ont fait des dons pour sa reconstruction y ont également été enterrées.

En 1760, lorsque l'impératrice Elizabeth Petrovna a ordonné l'ouverture de centres de soins à Moscou pour les veuves, les orphelins et les indigents, elle a désigné le couvent d'Ivanovo pour qu'il soit réaménagé en tant que tel. Bien que la mort soudaine de l'impératrice Petrovna ait mis un terme à ce projet, le couvent fut rapidement transformé en prison pour certains des criminels et des parias les plus notoires de Russie. Darya Nikolayevna Saltykova, une tueuse en série féminine de noble naissance, y fut emprisonnée pendant des décennies. La légende veut qu'à la fin du XVIIIe siècle, la princesse Tarakanova, dont les origines royales étaient très controversées, ait été transférée au couvent Ivanovsky en tant que nonne sous le pseudonyme de Dosifeya. Le soupçon que certaines des nonnes d'Ivanovsky étaient membres de la secte errante Khlysty a encore entaché l'image du couvent.

En 1812, la prison pour femmes russes a été pillée et brûlée pendant l'invasion française de Moscou. À la suite des attaques, le couvent Ivanovsky a été converti en église paroissiale. En 1816, des fonds et des icônes ont été donnés pour la rénovation du monastère, mais ce n'est qu'en 1859 que la reconstruction du couvent Ivanovo a véritablement commencé. En 1877, les travaux étaient presque terminés, mais leur réouverture a été interrompue lorsque la guerre russo-turque a éclaté, et en juin de cette année-là, l'abbaye a été transformée en hôpital de fortune. La consécration du couvent a finalement eu lieu en octobre 1879, date à laquelle de nombreuses reliques que l'on peut voir aujourd'hui dans le couvent ont été ajoutées. Le nouveau complexe a été conçu de manière à ce que toutes les activités des religieuses soient confinées dans deux bâtiments contigus et que les visiteurs ne puissent entrer que dans la cour fermée.

Avec l'avènement du régime soviétique, la vie à l'abbaye fut de nouveau perturbée : les comptes bancaires furent liquidés, les biens confisqués et les objets de valeur de l'église saisis. La plus grande partie de son territoire a été attribuée au ministère de l'intérieur (MIA). Une partie de l'enceinte a même été transformée en camp de concentration, qui, à son apogée dans les années 1920, a accueilli des centaines de prisonniers politiques. Le couvent a été utilisé comme prison à partir de la Seconde Guerre mondiale, tandis que le hall principal est resté occupé par le MIA jusque dans les années 1980.

En 1992, le couvent Ivanovsky a été rendu à l'Église orthodoxe russe. En 1995, il a été reconstitué après d'importants travaux de restauration et, en 2002, de nombreux objets sacrés ont été restitués, notamment les icônes de Saint-Jean-Baptiste et d'Élisabeth la Merveilleuse.

Aujourd'hui, les visites guidées offrent aux visiteurs un aperçu de première main du couvent Ivanovsky à Moscou, qui fonctionne à nouveau comme un couvent actif.