Circuits en groupe en Ouzbékistan 2020-2021

Gonur Depe, le Turkménistan

Ancienne Ville de Temple

Il n'y a pas si longtemps, dans les années 90, parmi les sables du désert oriental du Karakoum, des scientifiques de l'archéologie ont découvert dans l'oasis de Mary une immense nécropole datant de IIIème à II millénaires avant notre ère. Il y avait autrefois une capitale, appelée aujourd'hui Gonur Depe (traduit du turkmène par "colline grise") avec son palais et ses quelques temples qui pouvaient rivaliser avec les érections de l'Assyrie et de Babylone.

Les fouilles de ce lieu ont conduit des scientifiques et des historiens à des découvertes étonnantes. La ville du temple a gardé ses mystères dans les sables du désert pendant plusieurs milliers d'années. Il se trouve que Gonur Depe était la plus grande colonie de toute la Margiana. Il était situé sur une petite colline sur la rive droite du lit de la rivière Murgab. Les fouilles se poursuivent jusqu'à présent et les archéologues ne connaissent toujours pas l'étendue de la zone. Les données préliminaires indiquent que la superficie de l'ancienne ville varie entre 30 et 50 hectares (1 hectare = 10 000 mètres carrés). Cette "capitale" supposée n'avait pas un souverain avec des autorités définies, gouvernant le pays tout entier, mais plutôt un chef spirituel - un prêtre suprême. Les gens le respectaient sans contrainte et seulement de bon gré, poussés par la foi.

Architecture de Gonur Depe

Gonur Depe est une ville temple capitale du pays Marguch. Les archéologues ont réussi à découvrir des faits convaincants sur les rituels et traditions spirituelles prouvant que les Gonuriens croyaient au zoroastrisme.

Au centre de la ville, il y avait un palais avec de nombreuses grandes pièces entourées de murs solides et épais et de quelques tours carrées. Le prêtre principal y résidait très probablement. Autour du palais, il y avait des constructions de temple des quatre côtés reliés par un mur. Dans les coins, le mur était fortifié avec des tours carrées, mais pas aussi grandes que dans le mur extérieur du palais.

Au-delà des murs, dans la partie du sud, il y avait une piscine de 180x80m et de 2m de profondeur. Dans les parties nord et ouest du complexe du temple, il y avait deux autres piscines, mais de taille plus petite. Toutes ces constructions étaient entourées d'un autre mur moyen et assez étroit, fixé par des pilastres du côté intérieur. Les scientifiques supposent que ce mur servait de symbole de restriction du lieu saint de l'autre monde et était érigé symboliquement et non à des fins de défense.

Le plus étonnant est que les archéologues ont trouvé des fragments de la partie de la façade des bâtiments témoignant qu'il s'agissait de mosaïque de pierre utilisée pour la décoration des murs. La technique des maîtres de la Gonur Depe est unique : au début, l'image sur le mur était dessinée à la peinture et seulement ensuite réalisée avec des pierres. Aucune technologie similaire de traitement des mosaïques n'a encore été trouvée dans le monde. Une rangée entière de poteries a été trouvée sur le territoire de Gonur Tepe, certifiant que la faïence était très demandée.

Découvertes dans Gonur Depe

L'une des découvertes les plus intéressantes est la présence d'un site d'enfouissement souterrain dans la partie orientale du grand bassin. Tout y montre qu'il s'agit de la sépulture des élites locales de cette époque. Les archéologues ont creusé cinq caveaux funéraires au total ; chacun d'eux ressemblait à une maison avec plusieurs pièces. Deux des tombes abritaient les sépultures de plusieurs personnes. Les corps appartenaient très probablement aux serviteurs qui, selon les anciennes coutumes, étaient censés escorter leur maître dans l'autre monde. Selon la tradition, le lieu d'inhumation était également rempli de choses précieuses qui avaient appartenu au défunt.

Les chambres fortes souterraines étaient déjà dévalisées à l'époque où la ville était habitée. Cependant, les archéologues ont réussi à trouver quelques récipients en argent et en or et quelques pièces de joaillerie. Outre les bijoux, les scientifiques ont découvert d'autres fragments de compositions de mosaïques dans les tombes. On suppose qu'ils servaient de décoration des sanctuaires, mais ils ont été endommagés avec le temps. Il y avait de grandes boîtes dans les tombes, autrefois remplies de cadeaux aux esprits de l'autre monde.
Avec les sépultures, une fosse de fondation de 2,5 m de profondeur et de 5 m de diamètre a été trouvée non loin de la tombe. Il s'est avéré que cet endroit n'a pas été dévalisé et les archéologues y ont fouillé de nombreux objets intéressants et des restes mortels d'anciens habitants et d'animaux.

Les savants approuvent que le chiffre « 7 » qui correspond aux sept personnes décédées et aux sept chiens tués de manière spéciale en guise de sacrifice, n'a pas été choisi par hasard. Tant les anciens Zoroastriens que les Turkmènes modernes considéraient le chiffre 7 comme sacré. Les descendants des anciens Gonouriens ont toujours une attitude étrange envers les chiens - ils sont à la fois respectés et craints.

C’est intéressant que parmi les petits objets, les archéologues ont trouvé une lampe en bronze, deux bâtons de pierre avec des anneaux d'argent à ses extrémités, une pelle, trois objets en bronze, un récipient unique de près d'un mètre de haut et composé de sept citernes en forme de boule et un large récipient à fond rond.

En dehors de la grande fosse de fondation, on a trouvé des sépultures plus petites, ainsi que des choses inhabituelles que les scientifiques ne peuvent pas expliquer clairement. Par exemple, dans l'une des tombes, ils ont découvert quelques pierres taillées en boules lisses et régulières à côté des plats en céramique, et quelques pierres en forme de pistache. On ignore encore à quoi servaient ces objets et le rôle qu'ils jouaient.

La nécropole de Gonur Depe recèle encore de nombreux mystères pour les historiens, les archéologues et les scientifiques. Il est évident que ce lieu est l'un des objets touristiques importants du Turkménistan, visité par des milliers de touristes chaque année. Découvrez ce spectacle merveilleux et mystérieux pour toucher les secrets des ancêtres des Turkmènes qui étaient de grands et talentueux sculpteurs, constructeurs et bijoutiers du passé.