Circuits en groupe en Ouzbékistan 2021

Eglise Catholique Romain, Tachkent

Le christianisme a pénétré sur le territoire de l’Asie Centrale au IIème s de notre ère grâce au développement de la Grande Route de la Soie. Des réfugiés, des voyageurs et des missionnaires suivaient un des plus populaires itinéraires anciens avec des caravanes de commerce et prêchaient de nouvelle religion à l’étranger.

Pourtant de premières métropoles catholiques et des diocèses le long de la Route de la Soie sont apparues plus tard, aux XII-Xlll ss., quand les liens diplomatiques se sont arrangés entre le Vatican et la Chine.

La propagation active du catholicisme dans les pays de la région de l’Asie Centrale a commencé dans la deuxième moitié du XIXème siècle et au début du XXème siècle et a été lié avec l’expansion russe à l’Est. Selon la statistique vers 1917 11 mille catholiques habitaient au Turkestan dont 7 mille à Tachkent : Polonais, Lituaniens, Allemands, Français, Lettons du nombre des militaires de l’armée tsariste.

Ferdinand Sentchikovsky a été le premier curé au Turkestan de 1883 à 1885. Grâce à ses efforts on a construit une chapelle catholique à Tachkent.

De 1902 à 1917, c'est Iustin Benaventura Pranaytis qui est devenu curateur de la région du Turkestan. Pendant cette période, des églises à Achkhabad, Kyzyl-Arvat (le Turkménistan), Fergana, Samarkand et une chapelle-église temporaire à Tachkent ont été construites. La construction de la grande église catholique de Tachkent près de la chapelle catholique a commencé en 1912. Des soldats-catholiques, dont beaucoup étaient des spécialistes qualifiés, participaient à la construction de l'église.

Eglise catholique romain, Tachkent
Eglise catholique romain, Tachkent
Eglise catholique romain, Tachkent

La construction avançait lentement, après la Révolution de1917, un successeur de Pranaytis, Boleslav Rutenis, faisait ses efforts pour achever la construction de l’église à Tachkent. Mes ses efforts étaient en vain à cause du remplacement politique dans le pays, de la pression des bolcheviks et du manque des moyens. Peu de temps après la retraite volontaire de Rutenis, Iossif Sovinsky organisait secrètement des messes pour les catholiques. En 1937 il a été arrêté sous l'inculpation de la propagande antisoviétique et il a été fusillé.

En 1925 le temple a été nationalisé. Pendant l’époque soviétique il y avait de différentes organisations dans ce bâtiment : habitation collective de l’usine de câble électrique, habitation collective de l’école obstétricale de la République, administration et dépôt de la technique médicine. L’édifice a été reconstruit plusieurs fois et en fin, a été abandonné.

En 1976 grâce à la décision des pouvoirs le bâtiment a été restauré et rendu au Ministère de la Culture de la république ouzbèque soviétique et en 1981 on l’a nommé le monument architectural et historique de l’Ouzbékistan.

L’activité officielle des organisations catholique en Ouzbékistan a recommencé en 1987. D’abord la paroisse catholique est ouverte à Fergana et 3 ans après à Tachkent. Kchichtoff Koukoulka, franciscain de Pologne, est devenu l’archiprêtre. Il était nommé par Pape Ioann Pavel II en 1997.

Dès 1992, avec l’indépendance de l’Ouzbékistan, le temple a été revenu à la paroisse catholique de Tachkent. En janvier 1993 on a commencé la restauration sous la direction de l’architecte Sergey Adamov et de constructeur Alexandr Ponomaryov. Koukoulka a pris en charge toutes les questions de l’organisation.

Au cours de la construction de l’église, la vieille chapelle, qui se trouvait dans la maison de la société polonaise, a été inclus dans le plan du nouveau temple. La construction de l’église catholique à l’appel du cœur saint de Jésus a achevé en 2000. 88 ans après du moment de la pose de sa première pierre.

Eglise catholique romain, Tachkent
Eglise catholique romain, Tachkent
Eglise catholique romain, Tachkent

Le temple a été immédiatement reconnu comme l'un des plus beaux et inhabituels pour les constructions architecturales orientales de Tachkent moderne.

Il faut dire que l’architecture, la décoration et l’intérieur du temple impressionnent. Le temple est construit en style gothique, le revêtement est en marbre et en granit, les portes et les meubles sont en bois. Le forgeron V. Pilipuk a fait des chandeliers, des candélabres, de l’enceinte d’art et des rampes.

Le premier étage abrite une grande salle solennelle où ont lieu les messes dominicales. Une place d'honneur dans la salle est consacrée à un autel avec un tabernacle, décoré d'une sculpture de 2 m de Jésus. Des rangées de bancs massifs en bois pour la congrégation se tenaient dans les espaces entre les énormes colonnes. Il y a un orgue à 26 voix - un cadeau de la paroisse de Bonn de Saint-Paul sous les dômes de l'église. La salle est décorée de photos de scènes de la Bible, de lumières au plomb colorées et de symboles catholiques. À droite de l'autel, il y a un confessionnal où le catholique peut avoir le sacrement de la confession.

Les messes de l'Église catholique de Tachkent ont lieu régulièrement en 4 langues - russe, anglais, coréen et polonais.

Parallèlement à la construction de l'église de Tachkent au début des années 90 du siècle dernier, des paroisses catholiques ont été ouvertes dans d'autres grandes villes d'Ouzbékistan - Samarkand, Boukhara et Urguentch. La croissance de la congrégation catholique en Ouzbékistan et les efforts du pasteur catholique de Tachkent ont été discernés au Vatican et en 2005, le pape Jean-Paul II a amélioré le statut de la "Missio sui Juris" en Ouzbékistan à l’administration apostolique et a nommé le premier évêque d'Ouzbékistan - le père Erzy Maculewicz. De nos jours, le prêtre principal de l'église de Tachkent est Lucian Szimanski. Des membres du clergé catholique et de la Fraternité franciscaine monastique ainsi que des missionnaires de l'Ordre de l'Amour Divin (sœurs de Mère Teresa de Calcutta) servent en permanence en Ouzbékistan.