Circuits en groupe en Ouzbékistan 2020-2021

Tadjikistan sur la Route de la Soie

Le territoire du Tadjikistan, depuis les temps les plus anciens, se trouve sur les importantes routes historiques de la Route de la Soie qui relie l'Est et l'Ouest. Elle était très importante dans le commerce international et les échanges culturels reliant la Bactriane, le Tokharistan, le Soghd, l'Istaravshan et Fergana à l'Inde, l'Afghanistan et la Chine.

Evidemment la Route de la Soie a permis non seulement d'échanger des marchandises entre l'Est et l'Ouest, mais aussi des idées, des cultures et des personnes. Les armes fabriquées par les artisans de Soghd sont très célèbres tout au long de la Route de la Soie. Les produits en cuir et les bijoux, les tissus en soie et les sels colorés étaient très populaires. Soghd exportait d'étonnantes « pêches dorées », des cerises blanches et jaunes, des moutons et de gracieux coureurs au pied rapide.

Selon des sources anciennes, les secteurs suivants de la Route de la Soie traversaient le Tadjikistan. La route Soghd allait de Samarkand à Kokand en passant par Pendjikent et plus loin sur la route menant à la vallée de Fergana en passant par Varz, Ura-Tyube, Khoudjand, Konibodom et Isfara.

L'autre route, parfois appelée « Karotegin », reliait Termez et Kachgar (Chine) par Hissar et Douchanbé.

La route de Khatlon bifurquait de Karogetin vers le sud et menait de Douchanbé à Balkh (Afghanistan) jusqu'à la ligne sud de la route de la soie.

L'itinéraire appelé « Pamir » menait de Balkh (Afghanistan) à Khorog et a été divisé en d'autres routes. Malgré la complexité du relief de haute montagne, les terres du Tadjikistan moderne dans l'Antiquité et au Moyen-Âge ont servi de pont entre les peuples et les civilisations. Contrairement aux routes de la steppe, les lignes de montagne étaient plus sûres pour les caravanes : elles passaient dans des vallées encadrées par des crêtes montagneuses qui leur servaient de protection fiable contre les attaques des voleurs.

Il est bien connu que les villes tadjikes sur la Route de la Soie sont des perles précieuses encadrées par des paysages pittoresques. Parmi elles se trouvent Pendjikent, Ura-Tyube et Khoudjand. Il y a plus de 20 siècles, ces villes étaient célèbres pour leur artisanat, leur culture et leur commerce bien développé. Les anciennes routes étaient parcourues par de nombreuses caravanes qui s'arrêtaient dans des caravansérails et échangeaient les marchandises apportées sur les marchés orientaux. Dans ce contexte, il est possible de trouver les éléments des légendes, rituels et religions les plus différents dans la culture et l'artisanat du Tadjikistan.

Khoudjand, le Tadjikistan
Istaravchan (Ura-Tyube), le Tadjikistan
Pendjikent, le Tadjikistan

Ancien Village Penjikent

Penjikent, la plus ancienne ville du Tadjikistan (plus de 5 500 ans) est située dans la vallée pittoresque de la rivière Zeravshan (près de Samarkand). La beauté et la fertilité de ces terres ont été à l'origine de l'apparition de petites colonies et, plus tard, de la ville qui a prospéré aux Vème et VIIIème siècles. Cette belle ville civilisée, bien fortifiée, était l'un des plus importants centres culturels et artisanaux de Soghd. Elle était même appelée la Pompée d'Asie Centrale. Le palais du gouverneur, autour duquel se trouvaient des temples, des marchés, de riches maisons de citadins décorées de nombreux ornements et des sculptures en bois et en argile de dieux anciens, était le joyau de la ville. Pendjikent était la dernière ville sur la route de Samarkand vers les montagnes du Koukhistan. C'était très pratique puisque toute caravane, toute personne descendant des montagnes à Samarkand et revenant ne pouvait pas contourner Pendjikent. Soghd contrôlait une partie de la route de la soie, mais après l'effondrement de l'empire, causé par les conquérants arabes au VIIIème siècle, les gens ont dû s'enfuir dans les montagnes.

Les ruines de cet ancien petit village découvert accidentellement au siècle dernier. On y trouve les ruines d'immeubles d'habitation et de bureaux, la citadelle avec son palais, la maison des artisans, l'église des adorateurs du feu.
L'ancien village Pendjikent est située dans la banlieue sud-est de la ville tadjik moderne du même nom.

Ura-Tyube (actuel Istaravshan)

Le joyau du Tadjikistan, l'ancienne ville Ura-Tyube, était autrefois un centre commercial important au carrefour des routes caravanières historiques, la ville des marchés orientaux, des tisserands et des artisans.

Située au nord du Tadjikistan, au pied de la crête du Turkestan, la ville a fêté son 2 500e anniversaire. Elle a été fondée au VIème siècle avant notre ère par Cyrus, le roi achéménide. C'est à cette époque qu'elle a été nommée Cyropolis ou Kuruchkada. À cette époque, lorsqu'Alexandre le Grand avait conquis l'Asie centrale (IVème siècle avant notre ère), Kourouchkada était déjà une grande ville bien fortifiée. Ce n'est que par la ruse que les soldats grecs ont réussi à marcher le long du canal asséché du fleuve et à ouvrir la porte. La ville a été détruite sur ordre d'Alexandre le Grand.

À diverses époques, cette belle et ancienne ville a été nommée différemment. Par exemple, au Moyen Âge, elle était connue sous le nom de Bundzhikat, la capitale de l'Ustruchan. À l'époque de la souveraineté arabe, Ura-Tyube est devenue une province du califat arabe. À cette époque, les structures architecturales islamiques telles que les mosquées, les médersas, les mausolées, les minarets, etc. ont commencé à apparaître. Le développement le plus rapide de la ville a eu lieu sous la domination de la première dynastie tadjik samanide (IXème - Xème siècles). Mais au XIIIème siècle, la ville a été à nouveau détruite par les armées de Gengis-Khan.

Cependant, Ura-Tyube renaît de ses cendres aux XIVème et XVème siècles avec l'arrivée du puissant Empire timuride. À cette époque, la ville s'appelait Ura-Tyube.

Au XVIIIème siècle, Ura-Tyube s'est à nouveau développé en tant que centre de l'État féodal indépendant. C'est à cette époque que la citadelle et les fortifications ont été renforcées, les anciennes et les nouvelles structures restaurées, et que de nouvelles fortifications capables de stopper les attaques de nombreuses tribus nomades ont été érigées. En 1886, Ura-Tyube est devenu une partie de la Russie.

La ville possède de nombreux monuments - mosquées, mausolées et médersas. Dans les environs d'Ura-Tyube, on trouve de riches découvertes archéologiques, comme l'ancienne ville de Chakhristan.

Khoudjand

Cette ville située dans la vallée pittoresque du Syr-Daria a plus de 2 500 ans. Elle a été mentionnée pour la première fois dans les œuvres d'Aristote. Au cours de ses 2 500 ans d'histoire, la ville a été plusieurs fois ressuscitée après de nombreuses conquêtes désastreuses.

Depuis les temps anciens, se tenir au carrefour de routes commerciales bien connues entre l'Orient et l'Occident a fait de Khujand l'un des principaux centres économiques et culturels d'Asie Centrale, le centre majeur de la Route de la Soie. Les produits de la soie, les bijoux fabriqués par les artisans de Khoudjand n'étaient pas seulement connus en Orient. Les noms des quartiers de la ville témoignent de l'importance passée de cet artisanat : Zargaron (joailliers), Pilakashon (soyeux), Sangburon (maçons), etc.

L'histoire de Khoudjand a commencé il y a plus de 2 500 ans. Elle existait déjà avant l'arrivée des armées d'Alexandre le Grand sur les rives du Syr-Daria.

Khoudjand est une ville orientale pittoresque où se mêlent l'ancien et le nouveau dans les styles architecturaux, les coutumes et les vêtements de ses habitants. L'étonnante citadelle - le mausolée du cheikh Muslekheddin, la mosquée et les minarets du XVème au XVIIIème siècle, le marché oriental et d'autres monuments historiques attirent de nombreux touristes.