Circuits en groupe en Ouzbékistan 2019-2020

La Madrasa Chergazi-Khan, Khiva

Monument du XVIIIème siècle, construit par les esclaves

La Madrasa Chergazi-Khan, construite par les mains des esclaves, est un monument fascinant du 18ème siècle. Un des bâtiments les plus anciens de Itchan-Kala - une ancienne ville fortifiée - la madrasa est située au cœur de la ville moderne de Khiva. L'histoire de ce site est celle du pouvoir, de la révolte et du meurtre.

Khan Сhergazi a ordonné la construction de la madrasa, mais il n'avait pas la moindre idée que cela conduirait finalement à sa disparition. Bien que les réalisations architecturales globales du site aient été dépassées et disparaissent dans l’histoire, l’histoire n’est pas moins vibrante aujourd’hui.

Сhergazi Khan est né à Boukhara, mais la date exacte de sa naissance est inconnue. A Boukhara il faisait ses études dans la madrasa et il est rapidement devenu connu comme une personne bien éduquée. En 1714, après la mort de Yadigar Khan, Chergazi Khan monta sur le trône pour devenir le dirigeant du Khanat de Khiva. La recherche suggère qu'il était le dernier dirigeant puissant et influent de l'histoire de Khiva. En 1717, Chergazi Khan a eu recours à une stratégie militaire rusée pour mettre en échec la première expédition de l'armée russe en Asie centrale. Selon certaines sources, des soldats survivants auraient été capturés et rendus esclaves. Un destin similaire a été réservé aux soldats de Khorasan, de Mashhad et de Merv, villes capturées par l’armée de Chergazi Khan l’année suivante - des survivants ont été emmenés à Khiva en tant que prisonniers et contraints à des travaux forcés.

La construction de la madrasa Chergazi khan commence en 1719. Le site en face du mausolée de Pahlavan Makmud a été choisi comme lieu idéal. On promettait aux esclaves d'être libérés dans leur pays une fois les travaux terminés. Lorsque la construction s'achève environ un an plus tard, Chergazi Khan commence à inventer de nouvelles tâches pour retarder la construction de toutes les manières possibles. Les retards ont duré plusieurs années. Selon la légende, lorsque le khan est venu se faire inspecter, les esclaves, mécontents de ses fausses promesses, l'ont tué. Il existe une part de vérité dans les légendes: Chergazi Khan a en effet été tué par des esclaves dans la madrasa en 1728 et inhumé dans le mausolée à droite. La madrasa portant son nom avait été achevée en 1726, cependant, il existe quelques divergences dans ce récit. Le destin des esclaves est inconnu, mais en 1740, le dirigeant persan Nadir Chah s'empare de Khiva et libère les prisonniers de guerre russes et probablement tous les esclaves de Khorasan avec eux.

La Madrasa Chergazi-Khan, Khiva
La Madrasa Chergazi-Khan, Khiva
La Madrasa Chergazi-Khan, Khiva

La madrasa Chergazi khan est un bâtiment rectangulaire d'un étage avec deux étages uniquement à l'avant. À l'intérieur, il y a une grande cour entourée de 55 cellules (hujras) et une salle de lecture. La construction était de mauvaise qualité, soit par le désir des esclaves de se libérer rapidement, soit par la participation constante de Chergazi Khan. Pendant plusieurs siècles, le sol sous le bâtiment s'est fortement affaissé et, au cours de son histoire, la madrasa a été restaurée à plusieurs reprises. La dernière et la plus importante restauration a été réalisée au 20ème siècle, car le bâtiment était dans un état déplorable.

Bien que les légendes entourant la construction de la Madrasa Chergazi Khan aient pu signifier un début peu propice, son existence continue a été marquée par une éducation progressiste. La madrasa a même reçu le nom populaire de Maskani Phasilan, qui se traduit par «la demeure du savoir». De nombreux habitants du khanat de Khiva et des pays voisins ont reçu une éducation ici. Le poète et historien ouzbek Pakhlavankuli Ravnak, le poète Karakalpak Azhiniyaz Kasybayuly, le poète et philosophe turkmène Makhtumkuli font partie des étudiants célèbres de la madrasa.

La Madrasah Chergazi Khan n'est plus opérationnelle, les cellules sont vides et de nombreux magasins de souvenirs sont situés en face de son entrée. Cependant, l'histoire de cet édifice discret au cœur de Itchan-Kala est fascinante et rappelle la vie mouvementée du Khanat de Khiva, propriétaire d'esclaves, du 18ème siècle.