Circuits en groupe en Ouzbékistan 2020-2021

Place Régistan, Samarkand

Monument de l'Architecture Médiévale

Place Régistan, Samarkand

La place Régistan est un véritable joyau situé au cœur même de la ville ancienne de Samarkand. Elle a acquis sa renommée mondiale grâce au grand ensemble architectural qui est devenu un monument de l'architecture orientale. De trois côtés, la place est entourée d'une grande médersa dont les portails sont orientés vers le centre de l'espace. Les trois érections ont chacune leur propre décor unique. C'est grâce à ces bâtiments, préservés sur le territoire de la ville, que Samarkand a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2001.

Histoire de la Place Régistan

Traduit de l'ouzbek, « régistan » signifie un endroit de sable. Dans l'Antiquité, cette place centrale était recouverte de sable. Au début, le territoire n'était pas entouré de madrassas ; ces grandes érections sont apparues un peu plus tard. À cette époque, les autorités de la ville rassemblaient les gens sur la place pour annoncer les ordres du khan, organisaient des célébrations et des exécutions publiques, et rassemblaient l'armée qui partait à la guerre.

Autrefois, on pouvait voir de nombreuses rangées commerciales autour de la place où les artisans et les agriculteurs vendaient leurs marchandises. Toutes les routes principales de Samarkand menaient au Régistan, où il y avait toujours du bruit et de l'animation.

Différents souverains durant leur règne ont changé la signification principale de la place, mais depuis cette époque et jusqu'à présent, Régistan a toujours été le centre de la vie sociale de la ville.

Il y a trois médersas sur la place : Oulougbek, Cherdor et Tilla-Kori, qui sont les principales curiosités de la ville. Elles ont été érigées par deux souverains à des époques différentes.

Médersa Oulougbek

Médersa Oulougbek, Place Régistan

L'héritier du grand état des Temurides, un mathématicien et astronome renommé, Oulougbek, a assumé l'autorité en 1409. En 1417, il a donné l'ordre de construire la madrassa qui sera plus tard rebaptisée en son honneur. Ce fut la première érection sur la place du Régistan. Le mot « médersa » vient de l'arabe et signifie littéralement « lieu d'enseignement et d'apprentissage ».

En 1420, la construction de la madrassa prend fin. À l'extérieur, le bâtiment, situé dans la partie ouest de la place, a été réalisé sous la forme d'un rectangle ; à l'intérieur, il y a une cour carrée avec des entrées pour les cellules des étudiants (environ 100 personnes) et les salles d'apprentissage. La façade de la madrassa donne sur la place, complétée par deux grands minarets dans les coins. Une attention particulière doit être accordée à l'intérieur du bâtiment. Des briques vitrifiées créent de beaux ornements sur la pose jaunâtre des murs. Le portail de la madrassa est orné de motifs d'étoiles à dix branches symbolisant le ciel et l'astronomie.

À l'époque, c'était le plus grand établissement d'enseignement scientifique de Samarkand. On y enseignait la philosophie, l'astronomie, les mathématiques, la théologie. En plus de la médersa, on y construisait des caravanes-saraï et des khanqah (hanaqa) d'Oulougbek. Deux siècles plus tard, deux autres médersas ont été construites sur l'emplacement de l'abri des vendeurs et de la khanqah, et elles complètent l'ensemble architectural que nous pouvons tous voir aujourd'hui.

Médersa Cherdor

Médersa Cherdor, Place Régistan

En 1612, Yalangtush Bahadur est nommé émir de Samarkand. Il était le gouverneur général des khans de Boukhara et à cette époque, il dirigeait déjà des principautés féodales, était connu comme un politicien habile et un commandant instruit.

Étant un dirigeant de la ville, il a décidé de construire une autre médersa sur la place Régistan en face du bâtiment érigé par Oulougbek. Selon le projet des architectes, la nouvelle médersa devait être située sur le côté est de la place et être le reflet du bâtiment existant sur le Régistan. Cependant, l'exacte concordance de miroir n'a pas fonctionné car l'architecte n'a pas pris en considération une particularité - 200 ans se sont écoulés depuis la construction de la médersa d’Oulugbek, et le bâtiment s'est enfoncé dans le sol et le niveau de la place elle-même s'est élevé à 2 mètres. En conséquence, la nouvelle madrassa s'est avérée plus grande. Cependant, il est assez difficile de remarquer cette différence visuellement.

Il y avait la hanaqa d'Olugbek située sur le site du territoire prévu pour la construction, qui était alors sensiblement délabré. Elle a été mise en pièces et la majeure partie des matériaux a été utilisée pour l'érection du nouveau bâtiment.

La construction a duré jusqu'en 1636. L'émir Yalangtush Bahadur souhaitait que sa création ne cède ni en grandeur ni en espace à la médersa Oulugbek. Malgré le fait que la façade du bâtiment ressemblait complètement à la première médersa, ils avaient utilisé une nouvelle technologie dans la construction, peu courante au 14ème siècle. Les ouvriers ont appliqué des techniques plutôt progressives qui ont accéléré le processus.

Lors de sa construction, la médersa a été nommée en l'honneur du commanditaire. Cependant, le nom n'a pas trouvé d'usage parmi les gens, et le bâtiment a été renommé Cherdor. Le nom vient des images du portail : deux grands tigres dorés portant un soleil sur leur dos et se dirigeant vers des daims blancs adoraient l'entrée. Sher signifie tigre (lion) et le nom est traduit par « orné de tigres ». C'est cette intrigue qui est devenue plus tard un symbole national de l'Ouzbékistan.

Médersa Tilla-Kori

Médersa Tilla-Kori, Place Régistan

Dix ans plus tard, depuis la construction de la madrassa Cherdor, le dirigeant de Samarkand Yalangtush Bahadur avait prévu d'ériger un autre bâtiment qui devait compléter l'ensemble.

La construction a commencé en 1646, dans la partie nord de la place Régistan, sur l'emplacement de la caravane saraï. L'architecte a décidé que la nouvelle médersa devait être une autre copie des bâtiments déjà existants, mais qu'elle serait située au centre.

L'auteur du projet a eu l'idée d'atteindre une intégrité architecturale de toutes les constructions et a construit la façade de manière à créer visuellement un espace fermé sur la place.

La construction de la madrassa Tilla-Kori a duré plus de 14 ans et s'est achevée en 1660. La façade principale du bâtiment se fait sur deux niveaux ; le portail central est ensablé d'une niche profonde à cinq extrémités avec deux entrées menant à la cour intérieure fermée. À gauche du portail se trouve une tour de la mosquée à coupole bleue, avec deux minarets de part et d'autre de la partie frontale. La construction équilibre admirablement deux madrassas plus grandes sans perturber l'unité du style architectural.

Le nom « Tilla Kori » a été donné grâce à son décor. Les artistes avaient utilisé la méthode de peinture du "kundal" pour la décoration qui contenait principalement de l'or. Parmi les trois madrasas, cette érection possède une riche décoration de murs qui laisse tout le monde impressionné par l'abondance des couleurs dorées. Tilla Kori signifie “doré”.

Place Régistan. Actuel et Antérieurement.

Il y a longtemps que la première érection sur la place Régistan n'a pas eu lieu - six siècles déjà. À la fin du XVIIème siècle, Samarkand a connu un grave déclin économique. Le statut de la capitale est passé à Boukhara et les marchands de la Grande Route de la Soie se tenaient à l'écart de la ville. Il n'y avait plus qu'environ 1000 familles à cette époque, et les magnifiques bâtiments de la madrassa étaient autrefois un refuge pour les animaux sauvages. Ce n'est qu'en 1875 que Samarkand a retrouvé son importance commerciale passée et que la place du Régistan a été nivelée et pontée.

Cependant, en 1918, Samarkand a de nouveau été confrontée à des changements. Le régime soviétique a interdit l'activité de toute madrassa en tant qu'école religieuse. Pendant cette période, les érections ont subi de nombreux dommages naturels : tremblements de terre, conditions climatiques difficiles. La plus grande partie du revêtement du bâtiment et le décor de la peinture ont été perdus. Néanmoins, c'est le régime soviétique qui avait donné l'ordre de restaurer l'ensemble du Régistan et de lui donner le statut de monument historique important sur la Grande Route de la Soie.

Les travaux de restauration avaient duré de nombreuses années et se sont terminés juste avant la chute de l'Union soviétique. Les scientifiques ont littéralement dû rassembler tout l'intérieur et l'extérieur des bâtiments et des fragments de façade plus petits, en restaurant tous les éléments.

Le regard que l'on peut voir sur le Régistan aujourd'hui est le fruit du travail minutieux de centaines de restaurateurs. Si aucune décision n'avait été prise sous le régime soviétique pour restaurer ce monument unique, cette belle vue ancienne ne serait jamais apparue sous nos yeux.

Aujourd'hui, différents concerts, célébrations et autres événements lumineux de la ville et de la République se déroulent sur la place Régistan. Des milliers de touristes se rendent chaque jour sur la place pour en admirer la grande beauté.

Le Registan est un cadeau précieux que nous avons hérité de nos ancêtres, incarnant tout le charme de l'architecture orientale.