Circuits en groupe en Ouzbékistan 2018-2019

Kirghizistan cousine

Kirghizistan cousine

Nationale Cuisine

Se trouvant au croisement des itinéraires de la Grande Route de la Soie, le Kirghizstan laissait passer à travers son territoire non seulement les caravanes avec les marchandises commerciales mais aussi les traditions culturelles et les us et coutumes de plusieurs peuple comme Turcs, Perses, Arabes, Hindous, Chinois, Russes et Européens. Chaque caravane qui passait, toujours laissait ses traces au Kirghizstan qui s ‘est imprégné la diversité des cultures. La cuisine kirghize s ‘est complétée par les recettes culinaires des plusieurs peuples de l’Asie Centrale. Dans la grande partie des villes , par exemple, à Bichkek, la cuisine russe s’est habituée complétement. Pourtant il n’est pas difficile de trouver les places où on peut goûter les différents plâts des cuisines telles que Européenne, Indienne, Chinoise, Coréenne, Hindou et Turque. En dehors de grandes villes les habitants préfèrent la cuisine traditionnale – kirghize, ouzbeke, doungan. Bien que les Kirghizes sont musulmans, dans leur ration il y a des plâts non sacrés tels que Olovo et Kouyrouk Boor. 

On pense qu’il existe 3 types de la cuisine de l’Asie Centrale. Ce sont : diète maigre des Kirghizs – nomades (de la viande, des laitièrs, du pain) ; diète des peuples turcs établie à demeure (des Ouzbeks et des Ouygours) composant du pilaf, du kebab, des nouilles et de la pâte, de la viande cuite, des pâtes alimentaires ; plâts arrivés du sud (Iran, Inde, Pakistan, Chine) assaisonnés du codiment et de l’herbe. Dans la culture kirghize il y a des plâts qui ont la destination rituel et on les prépare seulement pour les fêtes.

Malgré que quelques plâts se présentaient un intérêt particulier, ils étaient oubliés. Tandis que il y a des autres plâts de rites passé qui ont perdu son destination et se sont transformés dans les plâts habituels.
La viande est un plât principal de la cuisine kirghize. Le mode de vie nomade ne permettait pas de cultiver des fruits et des légumes , c’est pourquoi la cuisine kirghize n’est pas du goût aux amateurs de la cuisine végétarienne.

Les hommes sont les meilleurs cuisiniers mais malgré cela des ustensiles se conservaient  depuis des temps immémoriaux dans la moitié féminine de yourte,tandis que des fournitures de berger se trouvaient dans la partie masculine.Dans les maisons de thé du Kirghizstan les chef-cuisiniers sont les hommes. Les femmes travaillent plutôt aux restaurants ou aux cafés avec la cuisine russe ou européenne. Si vous êtes gourmant de la cuisine russe, vous pouvez trouver sans problème l’établissement où on sert « bortch » ou « tchi ». Pourtant, les plâts nationaux dans les cafés kirghizs sont « manti », pilaf, « samsa», « chachlik » et « lagman ».

Traditionnement, les Kirghizs sont très hospitaliers. Si on vous a invité au déjeuner dans la famille kirghize il ne faut pas oublier à préparer un petit cadeau – les fleurs ou les fruits. Avant d’entrer à la maison il est nécessaire de se déchausser. Les déjeuners de fêtes portent le nom « dastarkhon ». C ‘est une grande nappe qui s’étale sur le plancher et autour duquel on place des hôtes. Il ne faut pas s’étonner si le « dastarkhon » est sur la rue. Il est règle de prendre la nourriture seulement avec la main droite. A l’achevèment de manger il est nécessaire de porter les deux paumes au visage et faire passer le long du visage. Il faut  prononcer le mot « omin » qui est l’équivalent du mot russe « amin ».  Dans plusieures familles musulmanes pendant le déjeuner on boit les boissons alcolisées. Si vous estimez les maîtres  il faut vider un verre après chaque toast.

Une des particularités de la cuisine kirghize est la conservation des produits sous son aspect originel. Par exemple il est rare qu’on rencontre les plâts qui comprennent de la purée ou de la viande hachée. Les plâts kirghizs sont simples à goût, on peu utilise du sauce et des épices. On utilise beaucoup des épices et des assaisonnements au sud du pays pour fortifier le goût du plât mais pas le changer.