La littérature, la culture de la Russie

L’histoire de la littérature russe.
 

La littérature russe ancienne

Avec l'acceptation de l'orthodoxie en 988 les meilleures acquisitions de la culture grecque et byzantine sont venues sur Russie. Dans ces conditions, la littérature d’église a commencé à se développer activement. Tout au début du XIIème siècle (1113) le moine Nestor du couvent Kièv-Pechersky crée «une Nouvelle des années temporaires», étant considéré, de plein droit, unes des oeuvres les plus remarquables de la culture russe ancienne. À la fin du XIIème siècle apparait un grand monument russe ancien à l'homme de lettres le "Dit de la compagnie d'Igor".

La littérature médiévale russe

Le XVème siècle est le temps de l'épanouissement du genre de l'hagiographie ou la biographie. C’est la vie de divers Saints, des patriarches, des moines. À la fin du XVème ou au début du XVIème siècle on a transformé la légende sur Pierre et Fevroniya Muromskys en "Vie". C'est l'histoire touchante de l'amour du prince et de la fille de la famille simple, devenant symbole de l'amour éternel. L'intérêt pour les oeuvres racontant des voyages aux pays lointains - les "cours" – renaît à la même période. Il faut reconnaître pour l'oeuvre la plus intéressante et originale de ce genre «le Cours pour trois mers» du marchand de Tver Afanassy Nikitin, qui a décrit intéressant et par les mots simples ce qu’il a vu pendant son voyage au Caucase, à travers Perse, Inde, Turquie, Crimée.

L'événement de l'importance immense était l'apparition de l'imprimerie sur Russie. Le premier livre exactement daté russe typographique "l'Apôtre" a été publié en 1564 par Ivan Fedorov et Pierre Mstislavets.


La littérature russe du XVIIIème siècle

Le XVIIIème siècle est devenu âge d’or de la littérature russe qui l’a divisé sur trois directions. Le classicisme est devenu premier direction. Le classicisme est la direction dans l'art et la littérature, pour laquelle sont caractéristiques de hauts sujets civils, ainsi que l'unité de lieu, de temps et d'action. Le classicisme atteint son épanouissement dans l'oeuvre de Mikhaïl Lomonosov, Gavriil Derzhavin, Soumarokov etc. Le réalisme est devenu autre direction dans la littérature russe. La plus grande trace a été laissée par Denis Ivanovitch Fonvizin, l'auteur de la comédie immortelle " Le Béjaune". La troisième direction est le sentimentalisme qui marque l'intérêt particulier vers les sentiments humains, la perception émotionnelle du monde environnant. Dans la littérature russe le sentimentalisme est présenté par l'oeuvre de Karamzin, qui était non seulement un grand historien, mais aussi l'écrivain populaire. Au début du XIXème siècle Karamzin devient conservateur. Les nouvelles manières de voir de l'écrivain se sont reflétées dans son oeuvre «l'Histoire de l'État Russe».


La littérature russe du XIXème siècle

L'épanouissement de la littérature russe se prolonge au XIXème siècle, ayant ouvert au monde tels grands noms comme Alexander Serguéévitch Griboedov, Ivan Andréévitch Krylov, Alexander Serguéévitch Pouchkine, Mikhaïl Iuriévitch Lermontov, Nikolay Vassiliévitch Gogol' et plusieurs autres.