Kitaï-gorod

Kitaï-gorod est un des plus vieux arrondissements historiques de Moscou, se trouvant près de la Place Rouge.

L'histoire de l'apparition part par ses racines au XVIème siècle, quand les pouvoirs ont décidé d'entourer de la muraille la partie commerciale de la capitale - Grand Bourg. Elle se trouvait à côté du Kremlin, séparée de lui par la large Place rouge.

Une nouvelle muraille devait protéger le bourg contre l'incendie et les incursions militaires. Ayant contourné le bourg, elle se fermait avec le Kremlin, s'approchait vers les tours Beklemishevsky et Sobakina du Kremlin.

La construction de la muraille a commencé avec l’emmurement du territoire du bourg par le rempart de terre avec la haie immense, dont la base était faite des perches en bois verticalement enfoncées - "kita". Après cela le bourg a commencé à s'appeler comme « Kita-gorod », dont le nom se transformait avec le temps en « Kitaï-gorod ». À la place de ce renforcement à la fin de 1530 on a érigé la muraille en pierre.

La muraille de Kitaï-gorod avait trois étages, elle cédait en hauteur celle du Kremlin, mais comme la dernière, elle était approvisionnée des cachettes et des rumeurs et elle etait adaptée à la défense de fusil et de canon. Il y avait quatorze tours de combat (5 d'eux étaient de portes). A présent seulement une tour angulaire ronde, ainsi que la partie de la muraille de Kitaï-gorod se sont gardées. L'Italien Petrok Maly construisait les murailless en pierre et les tours de Kitaï-gorod. La ligne des renforcements défensifs de Kitaï-gorod a atteint l'étendue de 2567 mètres. Cette forteresse comme le type de l'ouvrage défensif, d’après l'avis des spécialistes, n'a pas d’analogues non seulement en Russie, mais aussi en Europe.

Au XVIIème siècle dans Kitaï-gorod a commencé la construction active en pierre. On y érigeait des églises, des maisons, de diverses institutions. En 1804 on a démoli toutes les constructions en bois sauf une auberge. On voulait détruire cette muraille et à sa place faire les boulevards pour les promenades, mais l'empereur Alexandre Ier n'a pas accepté cette idée. Il désirait garder toutes les anciennes constructions de Moscou dans leur aspect originel. En 1812, quand Moscou a été pris par l'armée napoléonienne, Kitaï-gorod a brûlé presque entièrement et à la restitution a été bâti seulement par les bâtiments en pierre. À la fin du XIXème - début du XXème siècles Kitaï-gorod est devenue le centre d'affaires de Moscou. Là-bas s'installaient des banques, des bourses, des bureaux commerciaux. Pour plusieurs institutions on a bâti des bâtiments à plusieurs étages au style moderne.
Au milieu du XXème siècle les murailles de Kitaï-gorod étaient presque entièrement detruites, mais en 1995 on a commencé leur reconstruction. On restaurait des terrains de la muraille, adhérant à la place Théâtrale, à l'arc du passage Tret'jakovsky; aussi on bâtissait de nouveau les portes Voskresensky et la tour ronde.

A présent Kitaï-gorod est une de 9 zones protégées créées d’après la décision du gouvernement de Moscou. Sur le territoire de Kitaï-gorod se sont gardés des monuments intéressants de l'histoire et de la culture. Ce sont La Cour des Monnaies (1697), la Cathédrale du couvent Zaikonospassky (1660-1661), l'ancien cour typographique Gosudarev, de qui jusqu’à notre temps se sont gardés les Chambres Pravilnaya et Knigokhranitelnaya (1679-1680).