Circuits en groupe en Ouzbékistan 2018-2019

La cuisine turkmène

La cuisine turkmèneComme on le sait les traditions culinaires de n'importe quel peuple se forment sous l'influence de deux conditions: historique et géographique. Le mode de vie nomade, les conditions sévères de la résidence dans le désert  ont fait sentir les particularités des traditions culinaires des Turkmènes. Une de ses principales propriétés est la simplicité et l'accessibilité dans le choix des produits, ainsi que dans les moyens de la préparation.

Le plat le plus populaire au Turkménistan est le pilaf. On le préparent d'un jeune mouton, de la carotte, du riz et de l'oignon. Aussi, dans ce pays est beaucoup répandue un chourpa. C’est un bouillon du mouton avec le supplément des pommes de terre et de la tomate. Les Turkmènes se rapportent au pain particulièrement. La préparation du pain national -tchorek – est un vrai art. Tandir (le fourneau d'argile), où on  cuit tchorek, est considéré comme la place la plus sacrée à l'habitation, et tchorek était respecté toujours comme un protégeant qui gardait la maison.. Comme n'importe quel pays en Asie centrale le Turkménistan est très riche en fruits divers :  légumes, fruits, cucurbitacées. Les melons turkmènes sont célèbres dans le monde entière par leur parfum de miel, qui aux temps antéislamiques faisaient la marchandise d'exportation du pays.

La cuisine turkmène nationale a beaucoup commun avec les cuisines des autres peuples d'Asie Centrale, en premier lieu ouzbek et karakalpake. Mais en même temps elles se distinguent l’un à l’autre par la série des particularités. Et en premier lieu par la présence de la multitude de plats de poisson, grâce à la proximité de la mer Caspienne.

La cuisine turkmèneEt encore, à la différence des cuisines ouzbekes et tadjikes dans celle des Turkmènes on  utilise moins des légumes. On utilise plus souvent des gros radis et des tomates. L’oignon est très populaire dans cette cuisine. On le  mangent dans l'aspect cru et on l’utilise à titre de l'assaisonnement. On n’utilise pas considérablement  de la courge et de la carotte. La composition des épices utilisées se distingue un peu de celle d'ouzbek et de tadjik. Les Turkmènes utilisent largement du poivre rouge et noir, de la menthe, du persil sauvage, d’ajgon, de boujgoun (les Gaulois du pistachier). Au lieu du curcuma les Turkmènes utilisent du safran, de l'ail.

Pour en savoir plus: