Circuits en groupe en Ouzbékistan 2019-2020

Turkmenistan - La papakha

Turkmenistan - La papakhaMalgré la chaleur dont la température d’air monte jusqu’à 40 dégrès les aksakals «viellards» turkmènes portent de grands bonnets fourrés poilus, qui provoquent la surprise considérable des touristes. Cependant, ce couvre-chef unique inventé par les Turkmènes encore à l'ancienneté, au contraire, sauve d'une forte chaleur.

Depuis des temps immémoriaux les vêtements des Turkmènes étaient adaptés pour le séjour constant en plein air et au soleil. Les avantages du couvre-chef était le facteur constitutif, puisque pendant le territoire de campement les Turkmènes devaient surmonter de grandes distances selon le terrain désert. Voilà comment est née la papakha en fourrure - «telpek». Sous une tel, sur l'aspect lourd, mais en fait par le bonnet facile, il y a un microclimat spécial, ce couvre-chef sauve en été de la surchauffe au soleil, mais en hiver sert de la protection contre le froid.

Dans les vêtements nationaux des hommes le «telpek» occupe la première place. Il sert du critérium original de la beauté de la figure pour hommes, personnifie par lui-même la fierté et la noblesse, aide la production du beau maintien et la grâce des mouvements. «On porte le bonnet non seulement contre la chaleur, mais pour l'honneur. Si tu n'as rien à parler - parle avec ta papakha», - on parle en Turkménie. 

Les Turkmènes sont fiers beaucoup de ses couvre-chefs et se rapportent délicatement à ceux-ci. On les soigne toujours très soigneusement : on couvrait du fichu, mais pour que la fourrure n'ait pas été chiffonnée le bonnet n'était pas déformée, on mettait aux masseaux spéciaux du mûrier.

On faisait les bonnets de fête, de gala et pour chaque jour, pour de jeunes hardis cavaliers, pour les hommes âgés et les vieillards. On les produisait de l'astrakan gris ou doré, de la fourrure pompeuse du martre, du renard,  de l'ondatra .

On faisait les bonnets à long poils faisaient aussi des peaux de la race spéciale des moutons avec la laine soyeuse et frisée et de la peau de chèvre de la race angora. Ils étaient très chers. En général pour les bonnets de fête on préférait la fourrure menue frisée des agneaux. Les peaux noires fines d'astrakan se distinguent par la plus haute qualité. La fourrure de l'astrakan était le symbole haut laïque ou la dignité ecclésiastique. Dans le passé tels couvre-chefs recherchés on pouvait se permettre peu de gens. Ainsi, par exemple, un haut bonnet à la mode des peaux d'astrakan avec une longue laine frisée s'alignait du coût du chameau, ou de la  vache avec le veau.

On portait les papakhas, en général, par-dessus une petite calotte turkmène «takh’ya».

La forme des papakhas sur le territoire du Turkménistan était aussi très diverse: de minuscule jusqu'à grandiose d’après les grandeurs. Dans le temps reculé les Turkmènes riches et notables mettaient les papakhas à la hauteur jusqu'au semi-mètre. Tous les bonnets avaient la doublure  fouettée et pouvaient subir de forts coups de sabre. La papakha facile et élégant a été adaptée le mieux possible pour les marches militaires et la course à cheval.

Au Turkménistan on s’occupait de la  fabrication des papakhas traditionnellement seulement les hommes. Le métier était légué. Les maîtres s'appréciaient beaucoup et étaient les gens honnarables dans les villages.

La production des «telpek»s s'est gardée chez les Turkmènes et à nos jours. Maintenant les artisans produisent plus d'assortiment ample des bonnets d'une diverse qualité, capable de satisfaire n'importe quel goût. En qualité des papakhas de gala, qu’on met pour les cas spécialement solennels, restent haut - jusqu'à 25-30 sm, très poilu «telpek » avec une longue laine soyeuse. La plupart des hommes de l’âge mûr préfèrent les papakhas des fourrures noires et brunes,dont  les boucles sont argents. Les jeunes gens  portent les «telpek»s de la couleur blanche.

Les « telpek »s turkmènes qui sont très magnifiques, faciles, confortables sont très répandus comme les souvenirs et ont une grande demande sur le marché touristique.