Circuits en groupe en Ouzbékistan 2017/2018

La soie des Turkmènes

Le Turkménistan est la patrie des matières de soie «keteni». Les Turkmènes depuis des temps immémoriaux s'occupaient avec succès de la magnanerie, leur matière grâce à la solidité, ainsi qu'à l'éclat et la beauté du dessin s'appréciait beaucoup et se servait de la demande forte. Une de principales particularités de «keteni» est le coloris, qui est défini par la qualité des colorants. D’après des anciennes technologies on colorait des tissus seulement par les peintures végétales se distinguant par l'éclat des tons, la résistance et la propreté écologique. Au Turkménistan dès les temps anciens la préférence se donnait à la couleur rouge: d’après les croyances nationales la couleur rouge possède les propriétés magiques, protège contre l'action des forces méchantes; en outre, depuis des temps immémoriaux le peuple identifiait la couleur rouge avec la beauté, la joie. La couleur rouge était particulièrement populaire dans le cercle des jeunes filles et des enfants.

Une des sources de la peinture rouge des maîtres turkmènes est la plante de la garance donnant la bonne récolte par les terres salées, où d'autres plantes ne s'habituaient pas. Pour la réception des nuances de la couleur bleue et bleu clair on appliquait indigo-nil. À la production on utilise aussi des croûtes de granat,de la pelure d'oignon, du thé.

Pour la fixation du tissu de l'ouvrière on  utilisait les aluns, mais pour le blanchiment - la potasse et la cendre de la houille. Passant le traitement spécial, amidonné «keteni» fait l'impression charmant du tissu divin , émet l'éclat et la richesse.

Depuis longtemps les hommes et les femmes portaient les vêtements de «keteni» . Mais si la mode des hommes se limitait principalement aux chemises, les femmes en faisaient le vestiaire entier des robes et des fichus. Les robes de «keteni» restent jusqu'ici l'ordre traditionnel de la fiancée.

Aujourd'hui, comme auparavant, la fabrication de «keteni» reste le métier artisanal. Ce travail, comme n'importe quel travail manuel, est extrêmement minutieux et un grand consommateur de main-d'œuvre Les ouvrières turkmènes se servent jusqu'à présent d'anciens métiers de tisserand la "tare" qui est arrivée à nous de la haute antiquité et  elles obtiennent de plus une haute qualité des produits, qui frappent par la perfection de la présentation décorative...