Les troubles sur la Rus’

L’histoire de la Russie. Le temps des troubles sur la Rus’, la lutte pour le trône.

Après la mort d'Ivan IV le Terrible, en 1584, le trône a passé à son fils débile d'esprit Fiodor (1584-1598). Un nouveau roi n'était pas capable de gouverner l'Etat. Il a confié les peines du gouvernement de la Russie à son tuteur Boris Godunov (1552-1605). Fiodor n'avait pas d'enfants, et quand en 1591, le dernier fils d’Ivan IV, Dmitry, a péri aux circonstances obscures, la dynastie de Ruriks s’est interrompue. Godunov était le tuteur de Fiodor jusqu'à sa mort, et en 1598, l’Assemblée des états l'a élu au règne. Cependant le gouvernement de Godunov n'a pas justifié les espoirs, en plus au début du XVIIe siècle les cataclysmes se sont écroulés sur la Russie. En 1601-1603 la famine a embrassé tout le pays. La République des Deux Nations Rzeczpospolita s’est dépêché de se servir de cette situation. Il a soutenu l'imposteur qui se nommait le tsarévitch Dmitriy admirablement sauvé et qui a reçu le nom Ljedmitriy Ier. En 1604 Ljedmitriy a fait irruption dans Russie. Godunov est décédé soudain; ses troupes, ayant tué la femme et le fils du roi, ont passé sur la partie de l'imposteur et ont intronisé Ljedmitriy.

Les troubles ont commencé dans le pays. C’était la période de la rivalité des familles de boyard dans la lutte pour le trône (1605-1613). Le 17 mai 1606 les conspirateurs ont tué Ljedmitriy, et le boyard Vasily Chuysky (1606-1610) s’est trouvé sur le trône. Il a réussi à faire justice d'un nouvel imposteur, Ljedmitriy II, mais a fait une gaffe quand a eu lieu l’établissement de l’occupation polonaise et suédoise sur la partie considérable des terres de nord-ouest. Au total le roi renversé a fait prendre l’habit. Le pouvoir a passé aux mains de la commission de sept boyards. Le gouvernement de boyard existait dans le pays environ 3 ans (1610-1613), jusqu’à ce que de puissantes milices populaires nationales, formées par les citadins simples Kuzma Minin et Dmitriy Pojarsky, n'ont pas libéré les terres russes des occupants.