La Cathédrale de Transfiguration

La Cathédrale de Transfiguration de Lord de la garde

Un autre nom du temple – la Cathédrale de la Transfiguration de Lord de la Garde. Une page dramatique de l’histoire de la Russie – l’avènement au trône de l’impératrice Elizabeth par un coup d’état à l’aide des officiers de la garde du régiment de Preobrajensky - précède à la construction du Temple. Cela a eu lieu le 25 janvier 1741. Au souvenir de cet événement Elisabeth a ordonné de construire un temple de pierre – la Cathédrale de Transfiguration - sur la place de l’izba, où elle s’est adressée aux officiers de la garde. La Cathédrale ay style baroco a été fondée en 1743 et a été consacrée à la présence de l’impératrice en 1754, la veille de la fête de Transfiguration. A l’intérieur le temple a été décoré des pilastres ioniques et de la gravure. Les maîtres de Moscou gravaient l’iconostase à cinq files et l’abri d’autel magnifique. Malheureusement, en 1825 la cathédrale a été brûlée complètement, mais a été rétablie sur cette place en 1829. L’architecte Stasov, en utilisant les anciens murs, a rétabli la cathédrale, mais lui a donné un extérieur d’empire. La voûte de coupole a été peinte à la couleur du ciel de nuage, huit anges aux côtés, au centre – une grande étoile avec les rayons divergents. Les murs du temple sont décorés par plusieurs icônes donnés des temples fermés. Autour de la cathédrale il y a un square entouré par une enceinte comprenant de tubes turcs. Devant les portes il y a douze armes et deux licornes. En 1854 sur la tour de la cathédrale on a établi l’horloge à carillon, amené de l’Angleterre.

Cet extérieur est gardé jusqu’à nos jours : le bâtiment glorieux avec une immense coupole au centre et les petites tours à côté. L’entrée dans la cathédrale est marquée par le portail à quatre coupoles, couronné par une visière modelée. Les fenêtres d’arc sont cadrées par un modelage ajouré. Et comme la cathédrale était de régiment, plusieurs de pièces étaient liées avec l’histoire militaire de la Russie : les drapeaux pris turc, le sabre d’Alexandre II, qui était avec lui le jour d’attentat, les tuniques d’empereur. En 1925 toutes ces pièces ont été données au Musée d’artillerie. Sur les murs il y avait des plaques de bronze avec les noms des officiers péris aux batailles. Le temple n’était jamais fermés et est sous la protection de l’état comme le monument de l’architecture et est en état excellent.